"12 Years a slave" by Steve McQueen

Aller en bas

"12 Years a slave" by Steve McQueen Empty "12 Years a slave" by Steve McQueen

Message  Guilaine le Lun 27 Jan - 14:50

« 12 YEARS A SLAVE »

After Mandela’s passing away and the tribute paid to him in the film that tells his life as a hard-core resistant (see previous report in this Forum), we now have a new film by Steve McQueen, called “12 years a slave”.

It is based on a true story referring to the capture of free Blacks living in North America in the 1840s, a period when the capture of Blacks in Africa had become forbidden.

It is just 20 years before the Civil War, when the Southern States were in great need of slave-manpower for their cotton-plantations.

For me, Steve MCQueen succeeds in keeping away from the stereotypes we’ve all known, by showing a Solomon Northup free, well-educated, musical, living with wife and children a quasi normal life among the Whites, I say “quasi” because we feel some tensions now and then in the shops for example.

He falls in a trap, when he is offered to play his violin in Georgia (South) by two agents, ready to lure him into their plan with very attractive incentives, and by making him drunk.
Hence the hard life of a slave, with all the violence and inhumanity that goes with it.

The director highlights
*his main character’s capacity of resisting. We are led to realise the
meanness of the proslavers, in their judgment as regards the right of whipping the slaves
as they wish, of abusing the women and children, since they are their property.

*The proslavers’ ability to use the very  words of God to justify the right of disposing of their property, just as livestock.

*The human tendency to denounce and betray in order to preserve one’s own interests.                                                                                                                                                                                                                                                                                                      
*But also the existence of people who are ready to help and take risks to satisfy higher pursuits.

Despair comes to an end, with the arrival of a new intendant (Bratt Pitt) who will take the necessary steps for the protagonist’s identity recovery.

Nobody knows what happened with Northup after his return to the North. We see his family and baby-grand-child on his return. It is said that he devoted his life in helping clandestine runaway slaves, and playing the violin, but nobody knows the date, place and circumstances of his death.
Guilaine
Guilaine

Messages : 1072
Lieu : Calais
Langues : Français (Langue maternelle), Gb, De, Es,It

Revenir en haut Aller en bas

"12 Years a slave" by Steve McQueen Empty Re: "12 Years a slave" by Steve McQueen

Message  chuflay le Sam 12 Juil - 15:26

J'ai vu le film hier et j'ai lu avec plaisir les commentaires de Ghilaine.
Mais d'abord, un énorme bravo pour Steve McQueen, cet artiste réalisateur qui m'avait déjà émerveillée avec Hunger, où le traitement de l'image est particulièrement précieux et à la fois riche de sens.
Avec 12 years slave, McQueen se consacre plutôt au traitement du récit et à la complexité du discours autour de l'esclavage. Et en ça je reviens aux remarques de Ghilaine: en effet, le film présente plusieurs facettes souvent paradoxales du discours. Le personnage il est, lui-même, le paradoxe central, comme tu soulignes. Il y a au début du film une conversation qui m'a particulièrement interpellée: quand les trois noirs enlevés discutent sur la possibilité de se soulever, il y a un qui dit: nous serons que trois à nous soulever car les autres ne sont que des nègres. Et le réalisateur place d'emblée l'idée que le "nègre" n'est qu'une catégorie de la domination, non pas inhérente à une race ou à une population mais à un sujet de la domination, construit historiquement grâce à un discours raciste appuyé sur les "Saintes écritures" et un système juridique capable de toute l'inhumanité qu'on a vue dans le film. Des images fortes de la cruauté des tenants de la parole chrétienne. Et tout ça montré de ses divers côtés, comme la parole différente, parfois contradictoire, des Noir(e)s qui parlent de leurs façon de survivre dans ce système.
MacQueen montre pour moi sa grandeur de réalisateur, cette fois-ci, du côté du récit, avec un scénario dense, dur, qui devient épouvante à l'image de la chair meurtrie qu'on n'a pas le droit d'oublier.

chuflay

Messages : 61
Lieu : La Paz, Villeneuve d'Ascq et Lille
Langues : Espagnol (Langue maternelle), Fr, Gb

Revenir en haut Aller en bas

"12 Years a slave" by Steve McQueen Empty Re: "12 Years a slave" by Steve McQueen

Message  Guilaine le Lun 28 Juil - 20:40

Merci, Chuflay, pour ce message sur le magnifique film qui m'a beaucoup marquée. Ce film mérite un approfondissement car il renferme tant d'idées qui élargissent notre réflexion.
Guilaine
Guilaine

Messages : 1072
Lieu : Calais
Langues : Français (Langue maternelle), Gb, De, Es,It

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum