Top 10 des fautes de français qu’on fait tout le temps en étant convaincu que c’est juste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Top 10 des fautes de français qu’on fait tout le temps en étant convaincu que c’est juste

Message  gerardM le Dim 3 Jan - 20:44


_________________
Please feel free to point out big mistakes in my messages in a foreign language. Thanks to your remarks, I'll be able to improve my level.
PS: Pls note that I chose American English for my vocabulary, grammar, spelling, culture, etc.  :-)
avatar
gerardM

Messages : 34720
Lieu : Ermont & Eaubonne café-langues (Val d'Oise)
Langues : Français (Langue maternelle), US-En, De, It, Ru

Voir le profil de l'utilisateur http://volangues.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Top 10 des fautes de français qu’on fait tout le temps en étant convaincu que c’est juste

Message  Guilaine le Dim 3 Jan - 22:29

Bonjour Gérard, tu commences bien l'année avec cette série de fautes communes.

Je suis fan du Projet Voltaire : une faute par jour.
Et j'avais déjà étudié ce problème précis "Au temps pour moi". Je suis donc retournée sur le site et voici
l'explication :

Commençons par faire les présentations. « Au temps pour moi ! » est ce qu’on appelle une phrase averbale, c’est-à-dire qu’elle ne contient pas de verbe. Les phrases averbales sont fréquentes dans les interrogations et les exclamations, et pas seulement dans la langue parlée.

Au temps ! : l’injonction militaire

Le jargon militaire regorge de phrases averbales. Citons par exemple « en joue… feu ! », « quart de tour à gauche… gauche ! », « en place… repos ! ». Celle qui nous intéresse ici, « au temps ! », se disait dans le cadre d’exercices militaires ou gymniques s’effectuant en plusieurs temps.

Ici, « temps » désigne le « moment précis pendant lequel il faut faire certains mouvements qui sont distingués et séparés par des pauses ». On retrouve ce sens dans « charge en quatre temps, en douze temps » et dans l’expression familière « en deux temps trois mouvements ».

Dans ce contexte, l’injonction « au temps ! » est employée pour commander la reprise d’un mouvement depuis le début. Elle équivaut à : « reprenez le mouvement au temps (initial) ». Ainsi, la romancière Colette écrit dans La Vagabonde, en 1910 : « Au temps ! crie Brague. Tu l’as encore raté, ton mouvement. »

La tournure se rencontre également sous la forme « au temps pour les crosses ! » quand, dans le maniement des armes, le bruit de crosses touchant le sol est irrégulier, et par extension, au sens figuré.

Enfin, l’italien possède l’expression al tempo, qui reproduit littéralement le français « au temps ».

Au temps pour moi ! : l’expression populaire

D’accord pour l’origine militaire et l’acception de « temps », mais comment est-on passé de « au temps » à « au temps pour moi » ?

C’est tout simple : le sens de « c’est à reprendre » a donné un emploi figuré. On dit « au temps pour moi ! » pour admettre son erreur et concéder que l’on va reprendre ou reconsidérer les choses depuis le début.

Le philosophe Jean-Paul Sartre l’emploie dans Le Mur, en 1939 : « Il avait fait une erreur dans un raisonnement délicat et avait dit gaiement : « au temps pour moi ». C’était une expression qu’il tenait de M. Fleurier et qui l’amusait. »

Autant pour moi ! : la version contestataire

Face à une logique aussi implacable, quels arguments peuvent bien avancer les partisans de « autant » ?

1o/ Il est impossible de savoir quand et comment est apparue cette expression familière.

2o/ La mention la plus ancienne remonte à 1640. Dans son ouvrage Curiositez françoises pour supplément aux dictionnaires, Antoine Oudin définit la locution « autant pour le brodeur » comme une « raillerie pour ne pas approuver ce que l’on dit ». Le problème, c’est qu’on perd la trace de ce « autant pour… » jusqu’au début du XXe siècle, où il réapparaît sous la forme… « au temps » (par exemple chez Roland Dorgelès en 1923) !

3o/ Maurice Grevisse en personne a émis des doutes sur la graphie « au temps ». Pour lui, il est possible que « au temps » ne soit qu’une altération de « autant ». D’autres linguistes, comme Damourette et Pichon, lui ont emboîté le pas, se demandant si « autant » n’était pas la forme primitive.

4o/ Pour l’écrivain spécialiste du langage Claude Duneton, l’expression « au temps » au sens propre n’est pas utilisée par les militaires. Selon lui, l’expression doit s’entendre de la manière suivante : « Je ne suis pas meilleur qu’un autre, j’ai autant d’erreurs que vous à mon service : autant pour moi. »

5o/ Ainsi, les deux expressions coexisteraient : « au temps pour moi ! » pour « reprenons au moment où je me suis trompé » et « autant pour moi ! » pour « j’ai moi aussi commis une erreur en voulant vous corriger ».

Pour autant, l’Académie française est formelle : c’est la graphie « au temps » qui doit être retenue. Bien sûr, vous pouvez toujours dire « autant pour moi » au garçon de café si vous souhaitez commander la même chose que votre compagnon de table. En outre, c’est bien « autant » qui compose le titre du film Autant en emporte le vent avec l’inoubliable Scarlett O’Hara et « ô temps » (suspends ton vol), le premier vers du poème de Lamartine !
avatar
Guilaine

Messages : 1038
Lieu : Calais
Langues : Français (Langue maternelle), Gb, De, Es,It

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum