symbolisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

symbolisme

Message  Remy le Ven 5 Fév - 6:23

Correspondances est un sonnet écrit par le poète français Charles Baudelaire. C'est le quatrième poème du recueil Les Fleurs du mal publié en 1857. Il suit le poème Élévation et précède Les Phares.

Dans ce poème, Baudelaire explique la théorie des correspondances dans les deux quatrains, comparant la nature à un temple dont les symboles nous paraissent confus. Il met ensuite en pratique cette théorie en nous donnant divers exemples dans les deux tercets.


La Nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles;
L'homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l'observent avec des regards familiers.

Comme de longs échos qui de loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme la nuit et comme la clarté,
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.

II est des parfums frais comme des chairs d'enfants,
Doux comme les hautbois, verts comme les prairies,
— Et d'autres, corrompus, riches et triomphants,

Ayant l'expansion des choses infinies,
Comme l'ambre, le musc, le benjoin et l'encens,
Qui chantent les transports de l'esprit et des sens.

— Charles Baudelaire

Remy

Messages : 1543
Lieu : Calais
Langues : Français (Langue maternelle), Gb

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: symbolisme

Message  MurielB le Ven 5 Fév - 14:22

Merci Remy
J'aimais beaucoup les fleurs du mal de Beaudelaire quand j'étais jeune et ce poème m'a permis d'y repenser. Je me suis souvenue de "L'espoir tel une chauve souris" et j'ai retrouvé le texte grace à internet !
LXXVIII - Spleen
1 Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle
Sur l’esprit gémissant en proie aux longs ennuis,
Et que de l’horizon embrassant tout le cercle
II nous verse un jour noir plus triste que les nuits ;
 
5 Quand la terre est changée en un cachot humide,
Où l’Espérance, comme une chauve-souris,
S’en va battant les murs de son aile timide
Et se cognant la tête à des plafonds pourris ;
 
09 Quand la pluie étalant ses immenses traînées
D’une vaste prison imite les barreaux,
Et qu’un peuple muet d’infâmes araignées
Vient tendre ses filets au fond de nos cerveaux,
 
13 Des cloches tout à coup sautent avec furie
Et lancent vers le ciel un affreux hurlement,
Ainsi que des esprits errants et sans patrie
Qui se mettent à geindre opiniâtrement.
 
17 - Et de longs corbillards, sans tambours ni musique,
Défilent lentement dans mon âme ; l’Espoir,
Vaincu, pleure, et l’Angoisse atroce, despotique,
Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir.
Les Fleurs du mal, Charles Baudelaire (1857 – réédition 1861)

_________________
Merci de me faire part des grosses fautes dans mes messages en langue étrangère. Grâce à vos remarques, je pourrai m'améliorer :-)
avatar
MurielB
Admin

Messages : 12029
Lieu : Calais
Langues : Français (Langue maternelle), Gb, De, It, Es

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: symbolisme

Message  Guilaine le Ven 5 Fév - 17:48

Magnifiques poèmes qu'il est bon de trouver ici.
Ils mériteraient qu'on les observe de plus près encore.
Merci Rémy et Muriel.
avatar
Guilaine

Messages : 1026
Lieu : Calais
Langues : Français (Langue maternelle), Gb, De, Es,It

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum