Le coronavirus : « la galette des rois pour les médias ? »

Aller en bas

Le coronavirus : « la galette des rois pour les médias ? » Empty Le coronavirus : « la galette des rois pour les médias ? »

Message  PatrickB le Lun 3 Fév - 11:07

On en parle beaucoup, cela rempli nos médias écrits, visuels. Pourquoi cela m’affecte ?

D’abord nous ne vivons pas isolés et tout changement dans notre environnement se répercute sur nous. Nous sommes des « éponges sociales » : nous nous imprégnions de ce qui nous entoure.
Il est normal que les nouvelles nous inquiètent :
- d’abord elles sont fabriquées et diffusées pour cela : attirer notre attention et quoi de plus porteur que l’émotionnel
- nous sommes « empathiques » : donc la mort des personnes nous touche. C’est rassurant nous ne sommes pas des « psychopathes » chosifiant les êtres
- les épidémies nous font peur : elles sont inscrites dans notre mémoire comme la peur du loup. C’est invisible, c’est mortifère, notre instinct nous oriente d’emblée vers des conduites automatiques : la fuite, l’ostracisme de l’autre. Conduites héritées du passé et validées comme efficaces

Que peut-on faire ?
En tant qu’individu isolé pas grand-chose direz-vous. Pas tout à fait exact. On peut commencer par calmer son émotionnel en réfléchissant. C’est possible et c’est toujours souhaitable en cas de crise d’autant que nous ne sommes pas immédiatement impactés. Une solution cognitive sera toujours plus efficace qu’une solution instinctuelle.

Étudions « l’ennemi » : il est identifié c’est un coronavirus
Qui dit virus dit : contagiosité, mortalité, morbidité (répercussions sur la santé), mais aussi et heureusement traitements.
Pour la contagiosité il semble s’inscrire aux alentours de 2 (1 personne contamine 2 autres), (par comparaison « grosso modo » grippe 1,5 ; le sras 3, la rougeole 15, la gastro 18) bien évidemment au début c’est toujours difficile d’avoir des chiffres précis
Pour la mortalité il semble que ce soit 2% avec une sévérité de 20% de formes sévères. Ce sont des chiffres susceptibles d’évoluer mais ils ne reflètent pas la réalité : un décès c’est un être cher qui s’en va, un malade c’est un proche qui souffre et qui est diminué, c’est toujours une personne de trop qui s’en va. Ceci étant dit une mortalité de 2% c’est moins que le sras 7% mais beaucoup plus que la grippe 0,3 % 
(Attention ces chiffres sont à relativiser fonctions des sources et susceptibles d’être révisés)
    Pour les traitements : on distingue les traitements préventifs et les traitements curatifs :
        Pour les préventifs : la vaccination. Elle ne sera pas disponible avant plusieurs mois. Les mesures d’isolements : ce sont ces mesures qui ont fait leurs preuves. On identifie les malades, les lieux, le mode de contamination et on met des « barrières » en place autour des foyers. Heureusement l’épidémie s’est déclarée en Chine, un pays bien structuré avec une administration efficace et une population respectueuse et disciplinée. Aurions nous eu en France le même respect de la communauté, la même confiance aux autorités pour permettre à ces mesures d’être aussi efficaces que celles que nous voyons. ? Sans parler des fonds nécessaires pour tout cela. Nous recevons ici une leçon douloureuse pour nous qui en sont souvent donneurs.
(on voit ici les limites de la liberté individuelle et du bien communautaire. Accepterait-on de se voir prendre la température, alors que même les radars qui incitent les automobilistes irresponsables à ralentir sont mis H.S., que les conduites en état d’ivresse ou sous l’emprise de stupéfiants sont légion, sans parler de notre addiction à notre portable au volant ? Tous les comportements beaucoup plus mortifères qu’une telle épidémie et touchant tout autant des victimes innocentes°)
Nous devenons plus nombreux, faut-il accepter une « surveillance de masse » parce que cela permet de préserver l’innocence ou devons-nous accepter de sacrifier une part de notre liberté pour nous permettre de circuler partout ?
C’est un vaste débat mais en conclusion je vous dirais simplement il semble qu’ici nous devons faire confiance aux autorités pour nous préserver du mal. Pourquoi cette coopération entre les pays ne pourrait pas s’exercer pour sauver le climat.

Les traitements : tout virus à une faille sinon l’espèce porteur serait morte et il n’y aurait plus de virus. Les chercheurs sont à l’œuvre, ils trouveront. C'est inscrit dans notre code génétique d’homo sapiens sapiens. Notre pire ennemi mortel c’est nous même.

Bonne journée et n’oubliez pas pour rester en bonne santé limitez le « gras, salé, sucré », faites de l’exercice, vivez en harmonie avec votre entourage, n’oubliez pas « l’humour c’est l’épingle qui dégonfle les problème » et « il faut rire avant d’être heureux de peur de mourir sans avoir ri»
PatrickB
PatrickB

Messages : 162
Lieu : café de Calais (et d'ailleurs - déplacements)
Langues : Français (Langue maternelle) , Gb

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum