Café polyglotte sur le net (Language forum)
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Les migrants, Calais, l'Eldorado britannique, la traversée de la Manche

Aller en bas

Les migrants, Calais, l'Eldorado britannique, la traversée de la Manche Empty Les migrants, Calais, l'Eldorado britannique, la traversée de la Manche

Message  PatrickB le Dim 20 Sep - 13:49

Traduction en Les migrants, Calais, l'Eldorado britannique, la traversée de la Manche 884892=>ICI
Les migrants, Calais, l’ « Eldorado britannique », la traversée de la Manche…

Ce vendredi 18 septembre est paru un excellent article sur le sujet dans la Voix du Nord par un journaliste « ancien Calaisien » Adrien Boussemart qui décrit de façon réaliste et factuelle (vidéo à l’appui) les conditions de traversée de la trentaine de kms du détroit nous séparant de nos voisins ainsi que la problématique de la frontière maritime. Vous y trouverez les prix pratiqués, l’estimation du nombre de réussites, l’attitude des autorités surveillant nos frontières, etc... C’est une révélation factuelle qui reflète la vérité de ce jour. Je vous engage à le lire (voir à le visualiser : il existe une séquence vidéo) cela vous donnera un aperçu du problème
Parallèlement je m’intéressais à ce qui fait du territoire Britannique la « terre promise » pour tous ces migrants. Il semble que de nombreux facteurs soient en jeu
- la connaissance de la langue (c’est un point important). Pour ces gens qui ont souvent une langue native et une langue officielle souvent l’anglais c’est un facteur d’intégration
- la possibilité d’y rencontrer une communauté du pays ou du peuple (en effet la colonisation a séparé les peuples avec des frontières artificielles entre personnes de mêmes origines ethniques)
- le « trace du chemin emprunté » par les précédents qui ont balisé l’itinéraire et lui octroient en retour une auréole de réussite
- les conditions d’accueil en Angleterre aux nouveaux arrivants : logement, nourriture, argent (cf plus loin)
- les possibilités d’y trouver du travail (même si les autorités s’en défendent), le faible taux de reconduite à la frontière en cas de refus de droit d’asile et la facilité de se fondre dans la masse (absence de carte d’identité)

Mais ces facteurs ne sont pas tous aussi réels qu’ils semblent l’être :
- discutant avec des personnes venant en aide aux migrants ils me vantaient les conditions d’accueil des Britanniques (cf plus haut). Cependant en fouillant le sujet on apprend d’autres informations.
• Par exemple que les aides « hébergement, nourriture, argent » sont sous-traitées à des sociétés privées dont l’humanitaire n’est pas le mobile mais plutôt le bénéfice et que souvent les conditions d’aide sont immondes
• Que le droit de rétention de personnes en situation irrégulière est de durée indéterminée et peut être très long
• Que les personnes résidentes sans statut, déboutées du droit d’asile n’ont pas le droit aux soins ni aux aides sociales bref qu’elles sont livrées à elles-mêmes, aux combines diverses, en proie aux gens de l’ombre.
- qu’en matière d’accueil des immigrés nos voisins belges ont une aide beaucoup plus réelle et humaine sans aide financière mais avec des actions concrètes de travailleurs sociaux dédiés à ce sujet : logement, nourriture, accès aux soins au moins jusqu’à l’étude de leurs dossiers

Alors comment faire pour que Calais ne soit pas une terre hostile pour toutes les personnes qui sont en attente d’une vie meilleure ?
• D’abord comprendre pourquoi certains restent alors que d’autres passent. Ici c’est une question financière. L’attente est fonction du prix à payer aux passeurs, les personnes les plus démunies (souvent issues de l’Afrique) ne peuvent payer le passage.
• Ensuite pour ne pas que s’installe une « nouvelle jungle » les autorités rendent le séjour sur place « invivable » : pas de toit, nourriture non suffisante (régulation des zones de distribution en interdisant les associations de distribuer), pas de conditions d’hygiène (absence de douches en nombre suffisant, absence de W.C.). Bien évidemment les élus et les autorités ne sont pas des monstres mais ils ont des responsabilités vis à vis de leurs électeurs et de leurs autorités de tutelle.
• Et qu’est que demandent les électeurs ? « On n’est pas contre les migrants mais quand même pas devant chez moi. Ils dérangent. On a peur. Ils salissent. Ils encombrent les urgences. Bref ils vivent comme ils peuvent. On ne leur veut pas de mal mais que je ne les voie pas !
• Et que demandent les autorités de tutelle ? « Les policiers montrez-vous sur le terrain ! Faites cesser tout squat, toute tentative de regroupements, faites régner l’ordre ! »
Et pourquoi ? Parce que la crainte des élus et des autorités sont les mêmes : éviter que ce « bon peuple » ne se tourne vers des populistes aux discours rassembleurs prônant des solutions radicales, certes efficaces à court terme, mais tellement dangereuses pour tous sur le long terme et ne résolvant aucunes des problématiques.
Un populiste : « Votre jambe vous fait mal, coupez la et mettons une bonne prothèse, vous verrez vous serez content. Bien sûr vous marcherez moins bien mais au moins j’aurais gagné de l’argent en vous fournissant le matériel et après impossible de vous sauver vite, j’aurais toujours la main sur vous».

Alors que faire ?
       Écoutez les associations caritatives d’aide. Elles ont des solutions expérimentées
Supprimez la « dublination »
Donner en nature des conditions décentes d’accueil « logement, nourriture, santé » par des professionnels d'état non privés (c'est le rôle d'un État que de respecter les droits de l'homme)
Éviter les regroupements trop nombreux en disséminant les lieux d’accueil en petites structures
Favoriser l’insertion par l’instruction car ces migrants sont une source de vitalité, de générosité, d’intelligence (et si le futur Einstein se noyait en méditerranée ou dans la mer du nord…). Contrairement à ce qui souvent exprimé les immigrés ne vous « volent pas le pain et le travail » mais il est prouvé que l’immigration enrichit le pays qui l’accueille, exporte des richesses vers les pays d’origine permettant de fixer les populations sur place en finançant les initiatives locales par leurs investissements directs à leurs familles (pas de détournement d’argent par « France à fric »). C’est ce qui est démontré par les études sérieuses, c’est vrai la lecture d’un rapport c’est parfois rébarbatif et écouter un « leader charismatique » vous promettant la Lune ou Mars c’est tellement plus rêveur. Une activité parle à notre intelligence, l’autre parle à notre instinct. Serons-nous le bon, la bête ou le truand ? C’est à vous de choisir mais attention peu de chance de retour en arrière. Un truand appartient à la mafia. Une bête qui a « goûté au sang » peut difficilement s’apprivoiser. Quant au bon, on se moque souvent de lui en disant qu’il est naïf, peut-être mais dans notre monde seul l’intelligence nous sauvera qu’elle soit naïve ou maléfique. Serons-nous Machiavel, Gandhi, un juste ou un collabo ? Et qui au final a gagné ?
PatrickB
PatrickB

Messages : 224
Lieu : café de Calais (et d'ailleurs - déplacements)
Langues : Français (Langue maternelle) , Gb

Remy aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum