Café polyglotte sur le net (Language forum)
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Vaccins anti Covid : mirage ou miracle ? Panacée ou pas assez ?

Aller en bas

Vaccins anti Covid : mirage ou miracle ? Panacée ou pas assez ? Empty Vaccins anti Covid : mirage ou miracle ? Panacée ou pas assez ?

Message  PatrickB Ven 12 Mar - 15:04

Vaccination anti-Covid le débat : éthique, politique, médical ? Où se situe le débat ?

Permettez à un professionnel de santé, avec toutes les précautions d’usage prises dans un précédent article, de dire son avis.
D’abord ma légitimité se limite à ce que je suis, je fais, j’ai été, j’ai fait. Médecin pédiatre avec une expérience en médecine générale, en hospitalier, en libéral, en clinique et « à la louche » ayant pratiqué plus de 100 000 vaccinations durant mes 40 ans d’exercice. Je pense avoir une certaine expérience et une certaine expertise des vaccins du fait de ce travail. Bien évidemment je n’ai aucun parti pris ni avec les laboratoires pharmaceutiques ni avec aucune ligue anti-vaccins. Je suis libre de toute pression religieuse, politique, philosophique autant que faire se peut.
La vaccination Covid pose comme toute thérapeutique 2 interrogations majeures à la personne qui la reçoit dans ce cadre :
- une interrogation médicale : la balance Bénéfices/Risques pour la personne individuelle après étude de son cas personnel avec examen médical complet ?
- une interrogation éthique : l’information la plus complète et indépendante de celui qui le reçoit et son approbation

Nous sommes en période d’épidémie (voire plus pandémie) dont nous avons aussi ici une dimension politique : la gestion d’une crise de santé publique. Avec bien évidemment des décisions politiques qui s’imposent. Elles sont variables selon les populations et les pays.

La balance bénéfices/risques :
Avec ce que nous connaissons de cette pandémie nous pouvons reprendre cette maxime « tous étaient touchés, mais tous ne mourraient pas ».
Les bénéfices : actuellement on peut dire que l’on peut individualiser dans la population 2 catégories de personnes : les personnes avec des risques médicaux (âgés, en surpoids, atteintes de pathologies cardio-vasculaires, pulmonaires, etc…) et des risques sociaux (habitats concentrationnaires – Township, Favellas, banlieues surpeuplées aux logements insalubres) c’est vers ces personnes pour préserver leur espérance de vie que la vaccination doit se tourner en priorité.
Les risques de cette vaccination : malheureusement elle est récente et donc on ne peut que les supposer et de nombreux inconnus demeurent d’autant que les vaccins sont différents dans leur fabrication avec pour certains sans aucun antécédent chez les humains. On peut quand même individualiser 2 catégories de risques : les risques immédiats et les risques à long terme.
Les risques immédiats : effets secondaires à toutes thérapeutique : une allergie immédiate ou légèrement retardée, ou le déclenchement d’effets secondaires inattendues dont nous commençons à le voir peuvent être acceptables s’ils sont peu nombreux et qu’ils surviennent chez des personnes vaccinées dont le risque de mortalité avec la maladie est extrêmement important. Chez eux la balance bénéfice/risque est fortement en faveur d’une vaccination pour prolonger leur vie. La vaccination est une urgence vitale rendant le débat éthique inexistant.
Les autres effets secondaires sont liés également à toute thérapeutique : échappement par rapport au but fixé ici l’immunité avec la survenue de variants plus résistants, plus contagieux, porteurs de plus de morbidité et de mortalité (rendant davantage malade ou faisant plus de morts)
Les risques à long terme ne sont pas à exclure du moins dans « le champ des possibles » : recombinaison virale avec émergence d’un agent encore plus pathogène, recombinaison génétique ou épigénétique avec transmission à la descendance de caractères indéfinis pour l’instant… Ces faits entrainent la balance bénécices/risques pour les populations jeunes malheureusement vers les risques. C’est juste hypothétique mais le principe de précaution nous oblige normalement à les exclure de la vaccination. Après c’est selon que l’on soit optimiste ou pessimiste, ou que l’on appartienne à un système politique où l’individualité à sa place ou non. La vaccination dite « de masse » devient politique.
Heureusement la population le moins à risques de complications est justement celle dont la morbidité et la mortalité sont extrêmement faibles ne justifiant, à mon avis (à l’heure où je l’émets et avec mes connaissances actuelles), pas une vaccination de masse selon la balance bénéfices/risques.
(Ici nous avons vu que des injonctions de type : "il faut vacciner tout le monde", "il faut imposer la vaccination des soignants", "il faut mettre un passeport santé covid" non pas de place dans un dialogue mais seulement dans la bouche de populistes dépouvus de toutes nuances.
Mais alors quand tout cela va s’arrêter ?
Difficile à dire mais voyons les raisons d’espérer :
- La vaccination des plus fragiles va devenir de plus en plus effective au fur et à mesure de l’approvisionnement en doses vaccinales. Elles sont faites de façon politiquement intelligente en priorisant les plus fragiles et les plus exposés. On peut toujours critiquer mais par expérience nous savons que ceux qui agissent seront toujours moqués de ceux qui regardent…
- L’épidémie qui se répand laisse de plus en plus de gens « immunisés » ou moins « réceptifs » naturellement (nous l’espérons). La conjugaison des 2 phénomènes normalement mène à la diminution de la contagiosité donc à l’ampleur de l’épidémie.
- L'émergence d'un protocole de soins plus efficace, de médicaments plus efficaces
- Nous même nous pouvons agir pour ralentir l’épidémie en traitant le terrain, c’est à dire nous-même
D’abord nous rendre moins réceptif : respecter les gestes barrières (c’est simple en voiture pour diminuer les accidents diminuer la vitesse, avoir des bons freins et des bons pneus). Ici se laver les mains, avoir un masque efficace et le porter correctement, diminuer ses contacts et augmenter sa distanciation physique.
Ensuite se rendre « plus en forme » : veiller à une alimentation saine avec fruits et légumes, diminuer son surpoids voire le supprimer, faire de l’exercice quotidien si possible en plein air, essayer d’« être bien dans sa tête » : relaxation, méditation, sommeil, dialogue avec notre entourage, priorisation de ses objectifs de vie, etc… Tout ceci ne vous évitera pas la contamination mais vous rendra surement plus résistant aux effets du virus…

- le politique peut agir indirectement pour minimiser les épidémies :
Lutter contre le réchauffement climatique, lutter contre la réduction de la biodiversité (de nombreuses possibilités d’action sont possibles encore faut-il le courage de résister aux lobbies)
Lutter contre la pauvreté en donnant les moyens de subsistance à chacun (salaire universel ?), en permettant un logement décent (droit au logement ?)
Se détourner du concept Santé-Rentabilité. Un hôpital est là pour rendre service à une population pas pour économiser. Les soignants réclament depuis longtemps des moyens, une gestion moins administrative et plus médicale, d’être au plus près des habitants et de leurs besoins. Une médecine sans médecins décideurs a t'elle un sens… La décentralisation avec ses résultats ubuesque de gestionnaires n’ayant jamais vécu dans les bassins de vie qu’ils administrent…

Et puis peut-être des choix sociétaux : nous responsabiliser différemment en acceptant des règles d’usage différentes selon nos âges et nos risques. Peut-on priver les « jeunes » d’une vie sociale alors que les risques sont minimes pour eux ? Peut-on priver toutes les professions de la restauration, du spectacle, du sport ? On verra peut-être fleurir des nouveaux panneaux sur les restaurants, les spectacles, les salles de sports : « interdit aux plus de 50 ans » ?

Nous le voyons cette pandémie nous renvoie à de nombreuses réflexions : place de l’éthique, de l’honnêteté, du droit, de l’argent, du partage dans notre démocratie, et surtout place de l’Homme dans l’univers.
Nous vivons une période passionnante, une page d’histoire s’écrit sous nos yeux. Un souhait : puisse Covid nous prêter vie pour la vivre.
PatrickB
PatrickB

Messages : 292
Lieu : café de Calais (et d'ailleurs - déplacements)
Langues : Français (Langue maternelle) , Gb

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum