Café polyglotte sur le net (Language forum)
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Dirigeant et sain d’esprit ?

Aller en bas

Dirigeant et sain d’esprit ? Empty Dirigeant et sain d’esprit ?

Message  PatrickB Lun 26 Oct - 14:53

L’actualité nous montre régulièrement des dirigeants remettant en cause la santé mentale
de certains de leurs « alter ego ». Les questions à se poser sont :
Faut-il être sain d’esprit pour vouloir diriger un pays ? (Nous présupposons non à cette
réponse. Présupposition que nous argumenterons ultérieurement)
Ayant répondu non à la première question, la question que devrait se poser chaque
dirigeant est : dans quelle catégorie de « border line » mentale suis-je ?
Faut-il être sain d’esprit pour vouloir diriger un pays ?
Nous devons définir d’abord le cadre du « sain d’esprit », puis le cadre de « diriger un pays ».
N’être pas sain d’esprit ne signifie nullement être fou au sens commun du terme donc être
atteint d’une psychose. La psychose étant un terme médical définissant un trouble de
l’esprit avec pour résultat « une perte de contact avec la réalité ». Donc, dans un processus
normal démocratique d’élection, un psychotique « en crise » a peu de chance d’être élu à
moins de mettre en cause la bonne santé mentale d’une majorité d’électeurs.
Nous voyons ici les limites : d’une part un pays nécessitant un processus démocratique
normal pour élire son dirigeant et d’autre part un état psychotique non révélé ou non actif
lors de l’élection.
Un paranoïaque « en crise » peut devenir un dirigeant puis un dictateur par des
manipulations de la démocratie (Staline ? Hitler ? mais peut-être en connaissez-vous
d’autres ?)
Une psychose sous-jacente (par exemple maniaco-dépressive) n’empêche pas d’être élu
dirigeant dans un pays avec une élection démocratique rigoureuse et exercer un mandat
sans être empêché par son état mental (cf de nombreux livres sur le sujet)Dirigeant et sain d’esprit ? Img_4710
Cela ne répond pas totalement à notre question : faut-il être sain d’esprit pour vouloir
diriger un pays ?
Notre réponse « non » nous paraît dériver du bon sens. Qu’est ce qui pousse un individu
normal à vouloir affronter une foule de personnes mal intentionnées, critiquant ses moindres
gestes, ses moindres décisions tant dans sa sphère privée que publique même si elles n’ont
aucun rapport avec son travail qui est de conduire son pays et son peuple au mieux de leurs
intérêts avec un sens de l’éthique développé tout en prenant en compte toute la part
d’ombre que ses décisions impliquent? Bref c’est la prise de tête assurée, la fin de toute
quiétude et plénitude intérieure, le renoncement à tout bonheur familial pour simplement
satisfaire votre « striatum » cette partie du cerveau qui sécrète « l’hormone de
récompense » quand vous possédez plus de pouvoir, plus de richesse. Bref il semble qu’il
faille un grand sens de l’abnégation ou un « brin de folie » pour vouloir remplir ce rôle.
L’abnégation se retrouve chez les résistants mais rares sont ceux qui finissent par accéder au
pouvoir et conduire les réformes sans sombrer victimes de violences (sacrifice d’eux mêmes
ou sacrifice d’autrui pour la « bonne cause »), ou sans être évincés par les forces obscures de
la finance ou de désir de pouvoir d’autres individus au striatum extrêmement puissant.
Nous en venons à la deuxième partie de notre exposé qui se résume ainsi : Oh puissants de
ce monde interrogez-vous. Quel est le « brin de folie » qui vous anime ? Oh peuples quel
est le « brin de folie » de votre dirigeant ? Jusqu’où le suivrez-vous ? Et pourquoi ? Pour ma
part la réponse se trouve dans votre raison, ni dans votre porte-monnaie, ni dans votre
religion. Pourquoi ? Parce le contenu de votre porte-monnaie ne repose que sur virtuel et la
bulle peut s’effondrer et que votre religion ne repose que sur votre foi qui ne peut être

universelle sauf à nier celles des autres mais là n’est-ce pas non plus « un brin de folie ».
Seule la raison peut vous conduire sur un chemin qui sera vraisemblablement bon pour un
temps car il semble que la vérité n’a qu’un temps, mais c’est un autre débat.
Bien évidemment je suis « un peu fou » aussi et tout ce qui est écrit ci-dessus ne sont
qu’élucubrations de comptoirs visant à remplacer mes discussions au bar en ce temps de
« fermeture covid ». Il n’est pas bon de boire seul sinon à devenir alcoolique (mais alors je
pourrais devenir un dirigeant ? N’a-t-on pas vu un homme ivre braver les chars et devenir un
élu ?)
Comme dans tout roman une mise en garde s’impose : ces écrits n'ont aucun lien avec la
réalité et tout personnage ou toute circonstance pouvant ressembler à la réalité ne peut
être que fortuite.
PatrickB
PatrickB

Messages : 317
Lieu : café de Calais (et d'ailleurs - déplacements)
Langues : Français (Langue maternelle) , Gb

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum