Café polyglotte sur le net (Language forum)
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Les pro-vaccins ont-ils raison ? Les anti-vaccins ont-ils raison ?

Aller en bas

Les pro-vaccins ont-ils raison ? Les anti-vaccins ont-ils raison ? Empty Les pro-vaccins ont-ils raison ? Les anti-vaccins ont-ils raison ?

Message  PatrickB Lun 16 Aoû - 11:29

Les pro-vaccins ont-ils raison ? Les anti-vaccins ont-ils raison ? (cet article est suivi d'un autre la vaccination chez les jeunes et les questions qu'elle pose confère suite 2)

Nous ne pouvons pas ne pas prendre part au débat. C’est faire la politique de l’autruche. Il importe, pour nous médecins, de comprendre les tenants et les aboutissants de ce « pugilat ».
Les pro-vaccins ont leurs raisons :
La vaccination diminue la pathogénicité (le fait de rendre malade et même très malade) du virus, voire même sa morbidité (le fait de vous faire mourir). C’est un fait, il est démontré nous ne pouvons nier cet argument. La seule limite est que la conception de ce vaccin au moment où il est administré ne protège pas contre tous les Variants (ex variant Colombien ayant entrainé la mort de personnes âgées en Belgique, personnes pourtant correctement vaccinées.
La vaccination d’une population dans une grande proportion entraîne une immunité collective. C’est vrai, mais est-ce applicable au Covid ? Nous pouvons en douter d’abord parce que la circulation des personnes actuelles est telle qu’il est impossible de vacciner la population mondiale pour empêcher la circulation du virus et entrainer sa disparition (comme la variole), c’est un premier point. Ensuite pour les vaccinations anciennes elles étaient fondées sur l’immunisation plus complète contre l’agent pathogène pas seulement certaines parties. Ici la vaccination ne cible qu’une partie du virus et lui s’adapte en mutant. De ce fait, en théorie, dans une population vaccinée apparaîtra une mutation permettant au virus d’échapper à la vaccination. Ce mutant sera-t-il plus pathogène ? Aura-t-il une morbidité supérieure ? Nous voyons ici avec le variant « colombie » en Belgique que cela peut se produire.
Voilà sommairement expliqué la raison d’une vaccination

Les anti-vaccins ont leurs raisons :
C’est une vaccination récente, nous ne pouvons connaître les effets à long terme. D’abord par rapport aux effets secondaires immédiats et dans un temps court et plus long sur les personnes vaccinées. Ils existent (syndrome de Guillain Barré, pan-cardite, etc…). Secondairement sur les effets de transmission générationnel que peut induire ce vaccin (nous avons vu que des « médicaments » pouvaient induire des maladies sur des enfants et des petits enfants de personnes l’ayant reçu). Il est impossible à l’heure actuelle de garantir à 100% qu’ils n’existeront pas (c’est probable aussi avec l’infection virale, le virus peut-il s’intégrer au génome ?

Mais dans ce débat on oublie souvent « les sujets à vacciner ». Car nous avons affaire à un ensemble de personnes qui ne présentent pas les mêmes risques par rapport à la maladie. Un peu comme la varicelle qui la plupart du temps est sans conséquence chez le petit et potentiellement mortelle chez l’adulte. C’est le cas de nombreuses maladies virales contagieuses de type grippe, mononucléose etc… Nous voyons ici la notion de terrain ce qui peut expliquer les réactions différentes des personnes.

La covid semble avoir une moindre pathogénicité et une très faible morbidité plus on est jeune, moins on est en surpoids, plus on a une glycémie régulée (pas de diabête), moins on a de pathologies cardio-vasculaires (hypertension, « artères bouchées », insuffisance cardiaque) ou de pathologies pulmonaires (insuffisance respiratoires), en fait meilleure est votre santé meilleure est votre résistance à la maladie.
De plus la « contagiosité » et sa « pathogénicité » semble augmentées plus la population vit dans des conditions précaires, insalubres, de forte concentration humaine.

Donc il y a une notion de terrain très importante « tous étaient exposés mais tous ne mourraient pas », ce qui peut faire comprendre les différents points de vue des personnes.

En résumé : la vaccination est indispensable voire inévitable chez les personnes âgées, chez les personnes à risques, chez les gens très exposés Les réticences peuvent se comprendre chez les personnes jeunes peu sujettes aux complications, chez les personnes en âge de procréer (impossibilité de prendre le pari pour elles d’une absence d’effet sur leur descendance, c’est un choix personnel un peu comme le pari de Pascal sur l’existence de Dieu…)
Nous comprenons aussi la politique sociétale qui dit : « je suis responsable de la santé publique si vous ne pouvez pas prouver que vous faites le maximum pour ne pas infecter les autres je ne peux vous autoriser à être potentiellement contaminant car c’est moi (l’état) qui doit assumer les conséquences de vos actes (dépenses de santé publique, dépenses de compensation d’arrêt de travail engendrées par la maladies, etc…) donc pas d’obligation vaccinale mais pas de liberté de faire « ce que vous avez envie » car vous avez une possibilité de « nuisance sociétale ». « Votre liberté s’arrête où commence celle des autres ». « C’est un choix à vous de l’assumer ».

Comme tout choix rien n’est facile cela dépend de votre « style de vie » : ermite ou sociale, de votre habitat : en ville ou isolé, de votre métier : seule ou en groupe, de vos convictions mais il faut assumer ses choix ce qui est nouveau dans notre société où l’état nous a tenu le discours inverse depuis l’après-guerre « bossez-dépensez, ne réfléchissez pas, je m’occupe de tout » et pour ce qui n’était pas garanti « étatiquement » nous avions foule de professionnels d’assurances qui nous proposaient moultes contrats pour nous « tranquiliser »… et si cela ne suffisait pas il y a quantité de « médocs » pilules de bonheur (valium, prozac, temesta etc) pour vous tranquilliser, vous faire sourire, vous faire dormir et surtout vous rendre accros…

De toute façon vacciné ou pas ce que nous pouvons faire pour tirer parti de « notre donne » aléatoire :
Prendre soin de notre santé : réduire notre surpoids en diminuant les calories ingérées et en augmentant celles dépensées. C’est beaucoup plus facile que l’on pense il suffit de se prendre en charge. Diminuer les apports en sucres (hydrates de carbone). Sucres rapides : sodas, sucre blanc etc… Sucres lents : pommes de terre, riz, pâtes, pain et toutes préparations contenant de la farine.
Réduire ce qui nous expose aux maladies cardio-vasculaires : réduire l’alcool ingéré (la règle actuelle est un à deux verres, une à deux fois par semaine) voire supprimer les boissons alcoolisées s’il est impossible de se limiter. Arrêter d’ingérer toutes « mauvaises graisses » pas de « snacking » mais prendre des assaisonnements avec des huiles « naturelles » non transformées.
Refaire de l’exercice, la marche, le vélo, la montée des escaliers. Diminuer votre temps d’écran pour vous remettre à la lecture, à la méditation, à la contemplation, au repos…
Tout ceci vous permettra d’être plus serein et d’augmenter votre immunité votre résistance aux stress physiques, psychiques, chimiques (diminue l’oxydation intra cellulaire facteur de maladies cardio-vasculaires, carcinologiques, dégénératives).
En clair soyez heureux, mangez sainement, faites de l’exercices, préoccupez-vous des autres (décentrez-vous), lisez, méditez et vous mourrez en bonne santé… ;-)) peut-être du Covid mais peut-être pas mais vous aurez vécu en prenant votre vie en main pas en ne rejetant pas toujours la responsabilité sur autrui ou sur le destin.


Dernière édition par PatrickB le Lun 23 Aoû - 23:05, édité 1 fois
PatrickB
PatrickB

Messages : 388
Lieu : café de Calais (et d'ailleurs - déplacements)
Langues : Français (Langue maternelle) , Gb

Revenir en haut Aller en bas

Les pro-vaccins ont-ils raison ? Les anti-vaccins ont-ils raison ? Empty Suite 2 les pro-vaccins ont-ils raison ? Les anti-vaccins ont-ils raison ? (suite 1 vaccinations des jeunes : qu'en penser ?)

Message  PatrickB Dim 22 Aoû - 11:34

Qu'en est-il pour la vaccination des enfants ?
La majorité des enfants "bien portants" ne sont pas vaccinés. Avec la rentrée scolaire et la contagiosité du variant "delta", on peut craindre un regain de cas chez les enfants... Il semble pour prendre une bonne décision que nous manquions d'informations. Sont-elles disponibles ? Sont-elles non diffusées ? Les informations dont nous avons besoin sont les suivantes pour la maladie : pourcentage de cas asymptomatiques par tranche d'âge, pourcentage de gravité par tranche d'âge et formes cliniques de ces cas par tranches d'âge. Contagiosité des différentes formes entre enfants, entre enfants adultes. Les informations nous manquent également pour la vaccination par tranche d'âge et par population : incidents vaccinaux, effets secondaires à court, moyen et long terme. Le manque d'information engendre l'incertitude, l'incertitude la peur et la peur les comportements irrationnels. Pour les parents ce n'est pas facile sauf si on a une attitude irrationnelle "de parti pris" confessionnelle, idéologique ou simplement par déficience intellectuelle. Pour l'immense majorité des parents c'est une véritable "prise de tête" d'autant que le législateur a introduit la notion d'un seul parent consentant acceptable et suffisant pour l'acte médical. "Bonjour l'entente cordiale du couple". Dans ce cas comment faire puisqu'il n'y a pas de "bon choix" simplement comme souvent "le moins mauvais". En effet en cas de vaccination et d'incident ou d'effets secondaires la culpabilité du parent qui l'a autorisée est grande. En cas de non vaccination et de formes graves de la maladie la culpabilité est tout aussi grande. Ce dilemme se retrouve aussi chez le vaccinateur responsable, indépendant et exerçant son art  "librement et en toute conscience". Je suis heureux de ne pas devoir faire ce choix.
Pour aider les personnes il est des cas où il est difficile de refuser la vaccination ou tout du moins ne pas en prendre le risque : parent d'un adolescent (plus il est âgé plus il peut faire des pathologies proches de celle de l'adulte), fréquentant des activités sportives (vous ne pouvez pas le priver de ce qui lui permet son équilibre), ayant un besoin vital des autres (à cet âge la famille n'est plus suffisante pour se construire voire même elle peut être "toxique"), vivant en ville (où il sera de toute façon confronté dans les transports ou sa vie quotidienne à une multitude d'expositions contaminantes). Donc pour les adolescents le meilleur choix semble être la vaccination.
Pour tous les enfants présentant un facteur de risque de complications en raison de problèmes de santé sous-jacents la vaccination est inévitable. Pour tous les autres le choix n'est pas facile tant que nous disposerons pas des informations sur la maladie chez les nourrissons (0-2 ans), les jeunes enfants (3-5ans), les enfants (6-10ans), les pré-adolescents (11-13ans), de même pour la vaccination. (les tranches d'âges citées ne correspondent pas forcément à la description académique mais plus au regroupement social de ces tranches d'âges : (crèche ou nourrice, maternelle, primaire, premières classes secondaires avec la difficulté liée au déclenchement pubertaire variant selon chaque individu et difficile à préciser en dehors d'une tranche d'âge). Nous espérons qu'au fur et à mesure des vaccinations et des infections nous pourrons disposer d'informations fiables, controlées et documentées (pas uniquement des laboratoires impliqués financièrement - pour mémoire : le médiator a laissé de cruel souvenir, ni uniquement des instances d'état - pour mémoire : l'amiante et le temps qu'il a fallu pour l'interdire), pour nous permettre des choix plus raisonnés et raisonnables toujours guidés par l'adage bénéfice/risque individualisé car pour moi (et c'est personnel) il est inconcevable de faire prendre un risque à des jeunes plein d'avenir pour protéger des personnes ayant fait leur vie et capable d'assumer le fait d'une "finitude de l'existence" et de leur choix de vie. Nous ne sommes que de passage et nous nous devons de laisser les moyens d'espérer aux générations futures mais c'est un autre débat.
PatrickB
PatrickB

Messages : 388
Lieu : café de Calais (et d'ailleurs - déplacements)
Langues : Français (Langue maternelle) , Gb

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum