Café polyglotte sur le net (Language forum)
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Billet d'humeur sur l'immigration après lecture d'un « polar » : La Lame de Frédéric Mars

Aller en bas

Billet d'humeur sur l'immigration après lecture d'un « polar » : La Lame de Frédéric Mars Empty Billet d'humeur sur l'immigration après lecture d'un « polar » : La Lame de Frédéric Mars

Message  PatrickB le Dim 1 Déc - 21:30

Bonjour, permettez-moi de vous faire partager une problématique issue de la lecture d’un « polar » : La Lame de Frédéric Mars
Ce livre met en scène, dans le futur proche, une immigration massive africaine en France à la suite d’une submersion marine sur les côtes du continent africain.
Bien évidemment, habitant Calais, la question : Comment accueillir les migrants entre l’humanitaire et la peur de la perte identitaire ?
Il faut bien avouer que depuis la guerre du Kosovo (3/98 au 6/99) où nous avons vu arriver les premiers émigrés « les kosovars » en « langage calaisien »  et maintenant 20 ans après, nous sommes toujours dans un échec du traitement de ce problème tant en « humanitaire » : hébergements (abris, hygiène, nourriture) qu’en « intégration » : demande d’asile, éducation-apprentissage, couverture médicale, objectifs d’avenir.
Les gros points d’écueils sont notamment :

  • Si on ouvre des lieux d’« accueil – hébergement » fixes, on crée des points de fixation qui attirent de nouveaux arrivants qui aussitôt servent de « centres de transit » pour les passeurs avec toutes les dérives (trafics en tous genres, prostitution, etc) car le passage naturel vers l’Angleterre étant impossible, la motivation des « migrants » fait qu’ils se tournent vers les solutions alternatives illégales… Qui pourraient les en blâmer ? Et comment les « rebuter » eux qui ont franchi des obstacles autrement plus durs que 33 km de « Channel »?


Donc on démantèle chaque jour les nouveaux campements qui renaissent chaque soir au gré des distributions de tentes et de couverture par les humanitaires. Solution hypocrite et temporaire depuis 20 ans avec des épisodes de « squats », de « camps Jungle »

  • Pour les « immigrés » (ceux qui « souhaitent » après « réflexions ») rester, la « Dublinisation » : vous avez un « titre de séjour » temporaire délivré à votre arrivée dans l’Europe dans le pays où vous êtes rentré. Il faut de temps en temps y retourner pour le faire renouveler. En gros vous êtes à Calais il faut retourner en Italie y demeurer un temps pour le renouvellement et revenir à Calais. Le tout sans argent. Si vous vous faites contrôler en voyageant sans titre de transport vous êtes verbalisé. Quand vous demandez votre titre de séjour on vous dit vous avez commis des infractions, il faut les régulariser… (lire Kafka pour plus de détails administratifs, lire Virgil Gheorghiu la 25[size=10]ème heure pour plus de détails identitaires)[/size]

  • Pour nous, simples citoyens : 
    [list="margin-bottom: 0px; margin-top: 0px;"]
  • Peut-on disposer des fonds collectés par des cotisations sociales payés par tous au titre d’une mutualisation des risques pour « payer » une protection sociale aux réfugiés (les pays « riches » ne devraient-ils pas mutualiser ce risque pour compenser les dépenses « sociales » des pays qui accueillent ? Ainsi on évite les populistes et cette question dérangeante. Ou les fonds proviennent de dons et les humanitaires arrêtent de « culpabiliser » tout un chacun évitant le « charité - business » 
  • Comment éviter cette peur de perdre notre identité franchouillarde laïque, râleuse, indisciplinée, indépendante. Bref ce côté gaulois, Astérix cabotin et j’en passe des meilleurs. Comment « profiter » de l’énergie de tous ces nouveaux arrivants pour nous « booster » sans trop nous bousculer..


[/list]
Donc depuis 20 ans personne n’est content :

  • Les immigrés qui arrivent au « pays des droits de l’homme » qui n’ont pas à se loger (bon on est chez les ch’tis il pleut pas tous les jours mais ça mouille parfois), se chauffer (l’hiver ici ça caille), se laver (on fait la queue aux douches que met en place le secours catholique), poser culotte (bien oui même si on mange pas beaucoup notre situation nous fait bien ch…), manger (il y a des distributions de repas 1 fois par jour pour tous…). Bref une situation loin de l’Eldorado

  • Les calaisiens : c’est pas marrant d’être continuellement en porte à faux bien sûr on n’est pas contre ni tous hostiles à tous ces gens, on les comprend (d’autant que nous – pour les anciens, l’exode on connaît – pour les plus jeunes on en a entendu parler – calais comme caen en partie détruite en 39/45) mais si ils pouvaient être moins nombreux, moins visibles…  « Enfin pas comme des rats quand même ce sont des êtres humains comme nous ! » pour vous dire des calaisiens il y en a des bons et des méchants parfois plus ou moins bons, parfois plus ou moins méchants. Bref entre blanc et noir il y a toute une nuance de gris parfois ça s’éclaircit parfois ça s’assombrit

  • Les autorités : elles non plus ne savent plus sur quel pied danser « faut pas de migrants mais pas touche » donc ça gaze ou ça gaze pas (mais comment contrer les intrusions d’autant qu’un certain nombre de « no borders » (comme les black-block) institutionnalisent « ces pauvres ères) en essayant de radicaliser les uns et les autres pour mieux jouir du chaos. En même temps ce sont pas des bourreaux non plus beaucoup ont un cœur et certains préfèrent tourner le regard ailleurs mais les ordres sont les ordres…

  • Les humanitaires : beaucoup font un travail remarquable (même si politiquement on ne partage pas toutes leurs opinions ou leurs croyances) si ils etaient pas là ce serait la m… mais ils sont déçus et ils le seront toujours à vider la mer avec une petite cuillère.


Voici le triste récit de 20 ans de coexistence des mondes à Calais et croyez nous c’est pas près de s’arranger il serait peut être temps d’envisager des solutions durables, humaines, bénéfiques pour tous. C’est possible mais il faut de l’audace, toujours de l’audace, encore de l’audace et UN GRAND CŒUR (après tout on peut rêver au père noël non !)
PatrickB
PatrickB

Messages : 211
Lieu : café de Calais (et d'ailleurs - déplacements)
Langues : Français (Langue maternelle) , Gb

Revenir en haut Aller en bas

Billet d'humeur sur l'immigration après lecture d'un « polar » : La Lame de Frédéric Mars Empty Re: Billet d'humeur sur l'immigration après lecture d'un « polar » : La Lame de Frédéric Mars

Message  Remy le Lun 2 Déc - 2:50

Il y a un risque d'immigration massive, pour des raisons climatiques.
Si l'on écarte le risque climatique - le réchauffement du climat au-delà de 1.5 °C depuis l'ère pré-industrielle - , nous pouvons éviter ces catastrophes, probablement.
Mais il faut agir très vite, selon Jérémy Rifkin, pape du New Deal vert.

Remy

Messages : 2090
Lieu : Calais
Langues : Français (Langue maternelle), Gb

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum