Café polyglotte sur le net (Language forum)
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Réflexions sur l’appauvrissement du langage

3 participants

Aller en bas

Réflexions sur l’appauvrissement du langage Empty Réflexions sur l’appauvrissement du langage

Message  MurielB Jeu 26 Aoû - 14:18

Christophe Clavé a écrit: La disparition progressive des temps/modes (subjonctif, passé simple, imparfait, formes composées du futur, participe passé…) donne lieu à une pensée au présent, limitée à l’instant, incapable de projections dans le temps.

La généralisation du tutoiement, la disparition des majuscules et de la ponctuation sont autant de coups mortels portés à la subtilité de l’expression.

Supprimer le mot «mademoiselle» est non seulement renoncer à l’esthétique d’un mot, mais également promouvoir l’idée qu’entre une petite fille et une femme il n’y a rien.

Moins de mots et moins de verbes conjugués c’est moins de capacités à exprimer les émotions et moins de possibilité d’élaborer une pensée.

Des études ont montré qu’une partie de la violence dans la sphère publique et privée provient directement de l’incapacité à mettre des mots sur les émotions.
Sans mot pour construire un raisonnement, la pensée complexe chère à Edgar Morin est entravée, rendue impossible.

Plus le langage est pauvre, moins la pensée existe.

L’histoire est riche d’exemples et les écrits sont nombreux de Georges Orwell dans 1984 à Ray Bradbury dans Fahrenheit 451 qui ont relaté comment les dictatures de toutes obédiences entravaient la pensée en réduisant et tordant le nombre et le sens des mots.
Il n’y a pas de pensée critique sans pensée. Et il n’y a pas de pensée sans mots.

Comment construire une pensée hypothético-déductive sans maîtrise du conditionnel?

Comment envisager l’avenir sans conjugaison au futur?

Comment appréhender une temporalité, une succession d’éléments dans le temps, qu’ils soient passés ou à venir, ainsi que leur durée relative, sans une langue qui fait la différence entre ce qui aurait pu être, ce qui a été, ce qui est, ce qui pourrait advenir, et ce qui sera après que ce qui pourrait advenir soit advenu?

Si un cri de ralliement devait se faire entendre aujourd’hui, ce serait celui, adressé aux parents et aux enseignants: faites parler, lire et écrire vos enfants, vos élèves, vos étudiants.

Enseignez et pratiquez la langue dans ses formes les plus variées, même si elle semble compliquée, surtout si elle est compliquée.
Parce que dans cet effort se trouve la liberté.

Ceux qui expliquent à longueur de temps qu’il faut simplifier l’orthographe, purger la langue de ses «défauts», abolir les genres, les temps, les nuances, tout ce qui crée de la complexité sont les fossoyeurs de l’esprit humain.

Il n’est pas de liberté sans exigences. Il n’est pas de beauté sans la pensée de la beauté.
Bonjour à tous
Ce que dit Christophe Clavé est vrai, la langue écrite s’appauvrit et je suis bien d’accord. Néanmoins la richesse des podcasts et et des conférences sur YouTube ou à la télévision, montre que les réflexions de tous les grands penseurs du monde nous parviennent oralement plus facilement qu’autrefois. Leur façon de s’exprimer maintient toutes les langues à leur niveau le plus haut. L’éveil de l’intelligence de tous les humains est ainsi optimisée et devient moins scolaire, moins conformiste. La solution est toujours venue de ceux qui pensent à côté (Newton Einstein ou Max Planck Nassim Haramein par exemple)
Pour les inconditionnels de la langue écrite voici les thèmes principaux de notre forum échangés pour les rendre plus riches dans plusieurs langues
=> https://www.cafe-polyglotte.com/t6303-sommaire-summary-to-easily-find-what-you-are-looking-for-click-here


Dernière édition par MurielB le Jeu 26 Aoû - 18:12, édité 3 fois

_________________
France Merci de me faire part des grosses fautes dans mes messages en langue étrangère (en Message Privé). Grâce à vos remarques, je pourrai m'améliorer  :-) 
Pour n'importe quelle  question =>muriel.bercez@gmail.com
Pour connaitre le mode d'emploi=>PRESENTATION
You Don't speak French              =>Gb,De, Esp, It 
MurielB
MurielB
Admin

Messages : 16035
Lieu : Calais
Langues : Français (Langue maternelle), Gb, De, It, Es

Revenir en haut Aller en bas

Réflexions sur l’appauvrissement du langage Empty Re: Réflexions sur l’appauvrissement du langage

Message  Remy Jeu 26 Aoû - 15:52

Pour ma part, je ne sais pas s'il faut effectivement relever le niveau de l'écrit, qui est souvent affligeant il est vrai, mais en tout cas, la littérature moderne donne lieu à d'innombrables ouvrages bien écrits et souvent passionnants, n'en déplaise au regretté Jean d'Ormesson. Je ne pense pas aux livres de chez Gallimard, Grasset ou autres, qui accaparent les prix Goncourt et Renaudot. Ceux-là proposent des connaissances surannées la plupart du temps, que certaines personnes aiment ressasser pour des raisons diverses. Pourquoi pas ?
Mais, à côté de cette littérature chic, que l'on achète mais qu'on ne lit pas, il existe nombre d'ouvrages populaires bien écrits, qui tissent une belle histoire et permettent de réunir l'amour du bon français, la détente et le savoir. Ceux-là sont, à mon avis, susceptibles de ramener à la lecture de nombreuses personnes, comme le firent jadis Brel, Brassens et Ferrat dans le domaine musical.


Dernière édition par Remy le Ven 27 Aoû - 5:53, édité 1 fois

Remy

Messages : 2537
Lieu : Calais
Langues : Français (Langue maternelle), Gb

Revenir en haut Aller en bas

Réflexions sur l’appauvrissement du langage Empty Re: Réflexions sur l’appauvrissement du langage

Message  PatrickB Jeu 26 Aoû - 16:55

Tu as tout à fait raison Rémy. Récemment j’écoutais France Inter ( en voiture) et un entretien ( interview) avec Daniel Pennac et les réactions de lectrices qui le remerciaient car , grâce à ses œuvres, elles avaient découvert le plaisir de lire ( certains de ses écrits le font comparer à un conteur tant on peut les lire à haute voix à des tiers). Un de ses amis africains le comparait à un griot). Donc n « au bonheur des ogres » donne accès au bonheur de lire. (En aparté les deux prix littéraires que j’ai achetés m’ont prodigieusement ennuyé) pourtant j’aime lire et des ouvrages variés… Peut-être ne suis je pas assez « bobo de gauche » pour apprécier.
PatrickB
PatrickB

Messages : 362
Lieu : café de Calais (et d'ailleurs - déplacements)
Langues : Français (Langue maternelle) , Gb

Revenir en haut Aller en bas

Réflexions sur l’appauvrissement du langage Empty Re: Réflexions sur l’appauvrissement du langage

Message  Remy Jeu 26 Aoû - 22:41

Tu as raison, c'est tout-à-fait ça .
J'ai lu récemment "Meurtre pour rédemption", de Karine Giebel, et "Tout le bleu du ciel", de Mélissa Da Costa. Deux authentiques chefs d'oeuvre...Mais ces romans, qui déroulent chacun une histoire forte, mettent en scène des gens a priori ordinaires, pas des vedettes du petit monde germanopratin.

Cela-dit, j'avais aussi apprécié, précédemment, dans un autre genre "Les choses humaines" de Karine Tuil, et "Le consentement" de Vanessa Springora. Là, c'est germanopratin, mais c'est intéressant quand-même, à mon avis. Ça arrive... Cool

Les contempteurs argueront que ce sont tous des livres de femmes, mais il est un fait que la littérature actuelle, en-dehors des polars, voit les femmes s'emparer de la part du lion...

Remy

Messages : 2537
Lieu : Calais
Langues : Français (Langue maternelle), Gb

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum